Maryvonne, malade de l'hospitalité du Poitou, répond à LourdesStory.

Publié le par Benoit

Maryvonne vient chaque année à Lourdes, avec le pèlerinage diocésain de l'hospitalité du Poitou, au mois d'août. Elle a accepté de répondre aux questions de LourdesStory.

--


Benoit. - Depuis de nombreuses années vous venez chaque été à Lourdes, qu'attendez vous de ces pèlerinages ?

Maryvonne. - Tout. Lourdes est un lieu idéal pour se ressourcer. L'amitié et l'amour s'y côtoient dans la rencontre avec l'autre. On y voit aussi des malades pire que nous. Quand j'arrive à Lourdes, j'ouvre tous les tiroirs de mon cœur et quand je repars, ils sont tous rangés, tout est en ordre.  Lourdes est donc un lieu pour reprendre son bol d'air avant tout ! Lourdes est un haut lieu de fraternité aussi. Les bénévoles et les hospitaliers apportent tant aux malades.


Benoit. - En 2004, Jean Paul II, était venu à Lourdes comme "malade parmi les malades". Sa figure vous aide t-elle pour surmonter les difficultés de votre maladie et de vos souffrances ?

Maryvonne. - Oui, car il était le Pape idéal. C'était formidable qu'il soit si malade et qu'il vienne à Lourdes. Il savait regarder l'être humain, du plus petit au plus grand. Il n'avait pas peur de la souffrance. Il avait vécu avec les jeunes et avec les problèmes de la Pologne.


Benoit. - Tous les étés à Lourdes, les jeunes sont heureux de brancarder les malades à Lourdes. Les malades leurs disent qu'ils sont l'avenir de notre Eglise. Savez vous que pour les jeunes, vous êtes les colonnes de leur foi ainsi que des témoins indéfectibles de l'amour de Dieu. Avez vous conscience de tout ce que vous pouvez apporter aux jeunes ?

Maryvonne. - Les jeunes nous apportent beaucoup à nous malades. Grâce à leur dévouement, ils prennent le relais des anciens. Quelle joie de se faire aider par les jeunes, pour rédiger nos cartes postales (merci Jérémie) ! Ils sont témoins de leur vie de jeunes dans la société moderne. Ils nous regardent avec amour de manière plus spontanée qu'autrefois. Leur gaieté est exceptionnelle. Nous, les malades, nous leur apportons une leçon de vie. Nous leur montrons que l'on peut être différents dans son corps et dans son esprit et que l'on peut vivre ensemble. Ceci peut, à leur retour de pèlerinage, les aider à être plus tolérants envers tous ceux qui les entourent. Cela demeure, quand même difficile de dire que l'on peut être un témoin indéfectible pour les autres de l'amour de Dieu.


Benoit. - Marie est la figure centrale de Lourdes. Que représente pour vous la Vierge Marie ?

Maryvonne. - Marie est une figure d'amour. C'est notre Mère à tous. Elle est tout.


Benoit. - Si vous devriez qualifier Lourdes en un seul mot, ce serait lequel ?

Maryvonne. - Voici plusieurs mots : L'espérance, L'amour, L'amitié, Un petit coin de paradis.

Publié dans Lourdes-Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article