Benoit XVI et Jean Paul II, deux papes pour un même Dieu

Publié le par Benoit

II ne possède pas, nous dit-on, cet art de magnétiser les foules qui faisait la force de son prédécesseur. Réservé, cérébral, économe de ses gestes, précis dans chacun de ses mots, Benoît XVI ne déploie aucune de ces séductions qui plaisent tant aux médias. Et pourtant, à sa manière, toute de douceur et presque de timidité, le pape Benoît XVI est incroyablement populaire. Chaque mercredi, place Saint-Pierre, les audiences publiques de Benoît XVI rassemblent des foules jamais vues. A Cologne en 2005, à Sydney cet été, des centaines de milliers de jeunes ont apporté un démenti fervent à ceux qui prétendaient que, sans Jean-Paul II, les JMJ ne seraient que l'ombre des JMJ. Et maintenant les multitudes de Paris et de Lourdes...

Mais il y a aussi la nouveauté. L'affirmation d'un « style Benoît XVI » : une grande humilité au service d'une immense exigence. Là où Jean-Paul II, en philosophe et en homme d'action, partait souvent des réalités humaines pour amener son auditoire jusqu'aux vérités de la foi, Benoît XVI, en théologien et en professeur, installe directement les fidèles au cœur de la révélation.

« Athlète de Dieu », le pape slave mettait son charisme extraordinaire au service du message évangélique.

« Penseur de Dieu », le pape européen s'efface en tant que personne et s'appuie avant tout sur la raison pour transmettre une  foi claire.

« On allait voir Jean-Paul II, on écoute Benoît XVI », résume le père Guy Gilbert.

Publié dans Lourdes-Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article