Marie, apprends-nous ton humilité !

Publié le par Benoit

Il y a quelques semaines nous vous parlions du témoignage de Marie, ultime victime de Fourniret. Aujourd'hui, nous avons décidé de publier quelques extraits de la lettre qu'elle a fait lire par son avocat au procès et au cours de la plaidoirie de celle-ci. Rappelons que Marie, en priant la Vierge Marie, a pu s'échapper de la voiture de Fourniret et avoir la vie sauve. Son témoignage est empreint d'humilité, de sagesse et d'enseignement pour nous tous.

Ecrits à Michel Fourniret

"J'avais très peur de venir, de vous revoir, des questions pièges de vos avocats, de me faire détester de ces familles qui ont perdu un enfant. Jusqu'à la veille, j'ai songé à me débiner. Si je suis venue, c'est pour ces filles qui sont devenues mes sœurs. Je voudrais leur prêter mon regard, ma voix, mon cœur (...)."

"Lorsque vous m'avez dit que vous étiez pire que Dutroux, j'ai su que je n'aurai d'autre issue que la mort. J'ai eu l'immense tentation d'abandonner la partie, mais j'ai eu comme un électrochoc en pensant à mes parents. Alors, j'ai continué à me débattre. Les autres enfants l'ont fait aussi, j'en suis certaine (...)".

"Pourquoi suis-je en vie ? C'est la question obsédante à laquelle je n'ai pas de réponse. Il arrive que des personnes me félicitent : plus on me félicite, plus j'ai honte d'être en vie (...)".

"Monsieur Fourniret, dans quelques jours, vous n'intéresserez plus personne (...). Le Mal nous guette chaque jour, nous flirtons avec lui. Vous, vous vous êtes laissé posséder par lui. Pourtant, je veux croire qu'il existe, enfouie en vous, une infime parcelle de bien (...)".

"Vos proches vous ont exhorté à laisser tomber le masque. Je vous le demande à mon tour, au nom de celles qui ne sont plus là. Je me dis que si elles étaient là, elles vous demanderaient aussi d'abréger la souffrance de ceux qui attendent encore. Redevenez un homme, un frère en humanité ! Dites-nous si vous avez arraché d'autres enfants à la vie. C'est votre dernière chance de faire quelque chose de bien dans votre vie : vous avez gâché toutes les autres (...)".


Ecrits aux familles des victimes

"Je vous fais une promesse. A chaque fois que je serai tentée de me laisser aller, c'est pour vous et pour vos filles qu'avec l'aide de Dieu, je me ressaisirai. Ce sera ma façon de vous dire merci".

Publié dans Lourdes-Story

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

soulet 27/05/2008 09:58

Toujours aussi étonnante cette jeune Marie.Elle a su de cet épisode douloureux de cette rencontre et de la grâce qui lui a été donnée rendre un témoignage d'humanité poignant.
Nous pouvons lui souhaiter que sa vie poursuive cette réflexion sous le regard de Dieu.