Quatrième jour de l'Assemblée des évêques de France à Lourdes : les réflexions du groupe chargé de la bioéthique, vendredi 4 avril 2008

Publié le par Benoit

Le groupe de travail, présidé par Mgr Pierre d’Ornellas, a souhaité attirer l’attention des évêques sur quatre points :

"Premièrement, il nous faut établir un dialogue avec tous ceux que ces questions intéressent parce que, tout simplement, le principe de la dignité intangible de la vie humaine est accessible à la raison humaine."

"Deuxièmement, le statut de la loi civile : celle-ci ne peut pas contredire des valeurs de la démocratie. Or, si des législateurs autorisent la suppression de la vie, cela veut dire qu’ils ne croient pas en l’homme et en ses ressources devant la souffrance."

"Le troisième point d’attention concerne précisément la souffrance : celle de la stérilité, du handicap, de la vieillesse, de la maladie [...]. Car ceux-là se sentent parfois jugés, insultés par le discours ambiant."

"Le dernier point, c’est la recherche, la question étant de savoir comment aider les chercheurs à être libres et responsables, à vivre selon la dignité humaine. De fait, la recherche est aujourd’hui le lieu d’une immense tentation : celle de vouloir percer le mystère. Connaître le commencement, ce n’est pas maîtriser l’origine. La vulnérabilité et la limite sont constitutives de la dignité humaine."


NDLR. Rappelons, que les lois de bioéthique de 2004 devraient évoluer en 2009. Le législateur réfléchit déjà à autoriser de nouveaux "comportements" tel que les conventions de mères porteuses. L'Eglise devrait prendre une part active à ce vaste débat.

Publié dans Lourdes-News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article